Tout sur la stratégie de planification

L'approche de planification et de programmation adoptée par une entreprise sera déterminée, en grande partie, par la nature de son activité, ses marchés et ses clients. Le plus important est d'utiliser le processus de planification approprié pour appuyer les objectifs du service client et de l'activité.

Le point de découplage est le point de rencontre entre les flux tirés et les flux poussés. Pour la production sur stock (expédition sur stock), le point de découplage se situe au niveau du stock de produits finis. La demande définit la fréquence à laquelle les produits finis quittent les stocks, l'approvisionnement contrôle le réapprovisionnement, et donc la planification de la production peut se concentrer sur l'efficacité et la réduction des coûts (économies d'échelle).

Pour la production à la commande pure (la production ne commence qu'une fois la commande passée), le point de découplage se situe au niveau des stocks de matières premières et de pièces. Le calendrier de production est dicté par la demande. Les matières premières peuvent être acquises selon les besoins (et l'efficacité) de l'usine. N'oubliez pas que la production de nombreux produits est lancée sur des prévisions mais terminée à la commande. Techniquement, il s'agit toujours de production à la commande (assemblage à la commande) et le point de découplage se situe au niveau des encours. L'informatisation du processus est importante pour éviter les ruptures de stock et optimiser les charges de travail. Le calcul des besoins nets et la planification informatisée sont encore plus importants dans les environnements d'assemblage à la commande, où les délais d'approvisionnement des matériaux stratégiques sont plus longs. Dans ce cas, la planification des matériaux doit se faire à partir de la date de disponibilité requise du niveau de production sur stock, afin de répondre aux besoins des clients et de stabiliser la capacité.

Pour les usines de production sur stock, la planification doit se concentrer sur la taille des lots et la cadence de production. Les usines de production à la commande s'intéresseront davantage à l'équilibrage des entrées et des sorties, et à la gestion du carnet de commande. Dans les deux cas, il faut rentabiliser les ressources disponibles par une gestion efficace du workflow afin de livrer les commandes dans les temps.

Le volume et la variété influent également sur la planification. Les paragraphes ci-dessus sont valables pour une production par lot traditionnelle, ce qui est le mode d'opération de la plupart des usines. Pour les gros volumes ou les cas de faible variété de produits (de nombreux produits de grande consommation par exemple), l'entreprise peut opter pour une production continue (cellules de production ou travail à la chaîne) et se reposer sur des méthodes à flux tendus comme le Kanban pour garantir le bon fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement. Dans de telles situations, l'informatisation n'est pas à privilégier. La planification doit se concentrer sur la stabilisation de la production afin de permettre aux différents postes de travail d'être opérationnels et efficaces. Cela ne veut pas dire que la programmation n'est pas importante, elle prend simplement une forme différente, s'appliquant à garantir la stabilité du flux de production dont nécessitent les systèmes à flux tendus.

N'oubliez pas que la gestion de la planification et du flux de production sont des fonctions d'exécution et qu'elles comptent sur la programmation pour fournir la bonne quantité de travail aux ressources disponibles, et pour garantir que tous les matériaux nécessaires sont disponibles au moment voulu.